TROISIÈME RENCONTRES DE GRAFFITOLOGIE ANCIENNE


Flyer Colloque 2019 (Mariana Colas)
Flyer Colloque 2019 (Mariana Colas)

Après ceux de 2015 à Paris, de 2017 à Sens, nous publions sur le site du GR.GA le colloque de 2019 à Châtellerault. Les murs des églises ou des lieux d’incarcération ainsi que les rochers se révèlent une fois encore les principaux conservatoires des graffitis anciens venus jusqu’à nous pour beaucoup d’entre eux, mais pas tous, du Moyen âge ou de la Renaissance, voire de périodes encore plus lointaines. Mais le présent ne peut pas également ne pas nous interpeller et les graffitis des Gilets jaunes qui sans aucun doute passeront à la postérité ont aussi fait l’objet d’une présentation lors du colloque. Il s’est tenu sur deux jours les 19 et 20 octobre 2019. Les matinées étaient consacrées aux communications et les après-midi aux visites.

Les communications ont été les suivantes :

Samedi 19 octobre :

Dimanche 20 octobre :

Les visites du samedi après-midi nous ont menées aux graffitis du château de la Motte à Usseau présentés par M. Bardin, son ancien propriétaire et à ceux du château de Marmande présentés par sa propriétaire, Mme Véronique Kleiner. Dimanche Nous avons pu découvrir les graffitis des tours du Pont Henri IV de Châtelleraut grâce à M. Gondat et ceux des salles basses du château de La Guerche présentés par son propriétaire, M. de Crouy. Nous tenons à les en remercier vivement. Nos remerciements vont aussi à Mariana Colas à qui nous devons la réalisation, cette année encore, du flyer annonçant le colloque, aux communicants pour la qualité de leurs interventions ainsi qu’à Messieurs Lemaître et Gondat respectivement président et ancien président de la Société Scientifique de Châtellerault qui non seulement nous ont permis de tenir notre colloque dans leurs locaux mais aussi nous ont accompagné de leur présence amicale pendant ces deux jours.

Christian Colas


HOMMAGE À LUC BUCHERIE

Luc à Venise en 2014

Je voudrais rappeler en quelques mots le souvenir de notre ami Luc Bucherie qui est mort le 8 Octobre 2017, une semaine avant le colloque de Sens où il devait faire une communication sur le fort Liédot de l’ile d’Aix.

Ce fut le premier en France à donner un aspect scientifique au graffiti; il a introduit de la cohérence entre la glyptographie, le graffiti et les marques, avec sa première étude sur les témoignages de prisonniers anglais sur les murs de la tour des 4 sergents de La Rochelle.

Ses communications, si vivantes et humoristiques contées par lui, s’appuyaient sur une étude rigoureuse des archives.
Voir la liste des publications de Luc BUCHERIE

La graffitologie, science naissante dans les années 80, lui doit beaucoup. La mort de ce chercheur et ami, à 62 ans, est une grande perte; souhaitons que son immense documentation, versée aux archives départementales de la Rochelle, soit très vite classée et accessible en ligne.

Pour terminer sur une note optimiste, je vous annonce la mise sous presse d’un ouvrage de Jean Louis Van Belle et d’Anne Sophie Brun «les graffiti-signatures» pour lequel Luc prodigua, avant de mourir, quelques avis et conseils.
Parution au début de l’année 2020.

Jean Pierre Bozellec et Jean Louis van Belle

Top