07. À la poursuite du chiffre 4

Très discret, le « quatre de chiffre » se retrouve partout en Europe et ce depuis la fin du XIVème siècle. Il est d’abord apparu dans les milieux de l’imprimerie pour ensuite s’étendre à tous les types de métiers et dans tous les milieux sociaux y compris chez des ecclésiastiques. Il atteint son apogée aux XVI-XVIIe siècles mais continue à être employé bien après, jusque de nos jours. Son sens reste extrêmement mystérieux. On doit écarter qu’il serait la marque d’une secte ou confrérie particulière car il se retrouve partout. S’agit-il de la géométrisation d’un étendard ? Du rendu graphique d’un signe de croix ? A t-il un seul sens ou plusieurs, donné secrètement par certains qui l’utilisent et se l’approprient ? Ce mystère fait éminemment partie de son charme et de l’intérêt que les graffitologues ne cessent de lui accorder.

Par Jean Pierre Bozellec


    1 thought on “À la poursuite du chiffre 4”

    1. Bonjour,c’est un sujet interessant mais je signale une erreur à la page 37: le triangle surmontant 3 cercles concentriques n’est pas un 4 sur une borne allemande mais le signal de Botrange, repère géodésique napoléonien sur le point présumé le plus haut de Belgique, prés de la Baraque Michel 🙂

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Top

    Pin It on Pinterest

    Shares
    L'association du GR.GA (Groupe de recherche en Graffitologie Ancienne) à pour buts : préserver, étudier et publier les graffitis anciens